Jean Lerat (1913-1992) et Jacqueline Lerat, née Bouvet (1920-2009), son épouse, sont deux céramistes français.
Jean et Jacqueline Lerat s’installent comme potiers à La Borne, en 1943, alors que la tradition céramique de cette commune est en plein déclin. Ils font le choix d’un mode d’expression artistique utilisant le grès et la cuisson au bois. Ils poursuivent ainsi la tradition des potiers installés dans ce village depuis le XVIe siècle : une céramique imagée popularisée par Marie Talbot.
Leur production initiale est composée de pièces fonctionnelles : bouteilles, pots à tabacs, vases et figurines à caractère religieux. Leurs œuvres sont dans l’esprit de Paul Beyer, qui travaillait également à La Borne, et dont ils utilisent le four après sa disparition.
À partir de 1955, leur style rompt avec la tradition. Un nouveau pas est franchi dans leur atelier de Bourges où ils expérimentent désormais la sculpture et développent une production plus profane.
À cette époque, ils participent au mouvement Nouvelle modernité.
A partir de 1965, ils arrêtent la céramique utilitaire et les cuissons au sel pour se consacrer à l’art sculptural en céramique.
En parallèle, ils enseignent à L’Ecole des Beaux-Arts l’art de la céramique.
Parmi les élèves, Elisabeth Joulia apprend le tournage dans l’atelier de Jean et Jacqueline Lerat dès 1949. Une longue amitié se noue avec la famille Lerat.