Lorsque Nicole Guy rencontre Michel Anasse en 1955, ils ont respectivement 18 et 20 ans.
Elle vient de quitter sa Bresse natale pour s’installer auprès de ses sœurs à Paris et se destine à une carrière de secrétaire médicale.
Michel vit à Ménilmontant. Entre 1950 et 1952, son père, Maurice Anasse, le forme au dessin et à la lithographie. C’est en livrant des affiches au théâtre Saint-Martin à Paris qu’il rencontre et se lie d’amitié avec Marcel Marceau, dit le Mime Marceau.
Il fréquente les ateliers d’artistes dont celui de François Stahly qui l’invite à travailler avec lui et rencontre le sculpteur Philolaos Tloupas, dit Philolaos qui le forme à la soudure sur métal.
Lors d’une première visite à Vallauris en 1953, il est accueilli par Robert Auguste qui lui apprend à tourner. En 1954 il séjourne à La Borne, rencontre et se lie d’amitié avec Yves Mohy, Jean Linard, Anne Kjærsgaard et Robert Héraud avec qui il construit un premier four à bois à Sancerre. En 1955, il découvre la tapisserie au domicile parisien de Jean Lurçat et se rend pour la seconde fois à Vallauris.
En 1956, ils quittent alors Paris pour Vallauris. C’est le début d’un travail à quatre mains de plusieurs décennies durant lesquelles le couple réalise des pièces uniques refusant la production en série.
Ils se lient d’amitié avec Jean Derval, Roger Capron, Gilbert Portanier, Raty et Georges Tabaraud (ami et, un temps, secrétaire de Picasso).
En 1965, Michel reçoit le Prix Malraux des jeunes artistes de la Biennale de Paris.